Accueil / Actualité / Harry Potter / Les livres / HP1 - L'École des Sorciers / Tome I – Chapitre 16 : Sous la trappe

Tome I – Chapitre 16 : Sous la trappe

Résumé
_
Les élèves de première année ont achevé leur dernier examen. Harry a soudain une idée qui se trouvera confirmée : Hagrid a révélé à un inconnu (probablement Rogue ou Voldemort) la méthode pour passer devant Touffu sans danger. Le trio court avertir le directeur, mais McGonagall leur apprend qu’il est parti jusqu’à demain et qu’ils ne doivent pas s’inquiéter à propos de la Pierre philosophale, qui est suffisamment protégée selon elle.
Après une tentative avortée pour surveiller Rogue et le couloir interdit, Harry prend la résolution d’aller chercher la Pierre philosophale lui-même avant qu’elle ne soit volée. Ron et Hermione décident de l’aider dans cette tâche. Neville essaye de les empêcher de sortir, mais Hermione le neutralise.
_
Grâce à leurs talents respectifs, Harry, Ron et Hermione arrivent à passer les différents obstacles protecteurs de la Pierre : en jouant de la musique à l’énorme chien à trois têtes pour qu’il s’endorme, en déclenchant un feu qui fait rétracter un filet du diable, en attrapant une clé volante à l’aide de balais, en jouant une partie d’échecs ensorcelée et en répondant correctement à une épreuve de logique. Cette dernière épreuve ne peut laisser passer qu’un seul sorcier : Hermione rebrousse le chemin pour réveiller Ron (assommé lors de la partie d’échecs) et prévenir Dumbledore. Harry entre donc seul dans la dernière salle où la Pierre philosophale est cachée. Une autre personne est déjà présente.
_
_
_
Analyse
_
_
Proximité de Voldemort
_
Comme lors de sa Répartition, où Harry a peur que le Choixpeau ne dise rien (et qu’il soit renvoyé définitivement chez les Moldus), Harry a une nouvelle crise de panique : il redoute de voir Voldemort surgir n’importe quand. Cette peur disparaîtra avant de recommencer de plus belle durant sa 5ème année, car Harry ne pensait pas que la stratégie de son ennemi était de rester caché avant d’avoir retrouvé son pouvoir. Cette discrétion explique le fait que Voldemort n’abuse pas du sortilège de la mort contre les obstacles entourant la Pierre (Touffu, le filet du diable, le troll…). Dans le cas contraire, les professeurs auraient rapidement su qu’un voleur tentait de dérober la Pierre. De plus, il avait peut-être l’espoir qu’il pourrait dérober la Pierre sans que sa disparition soit tout de suite constatée. Pendant ce temps, il aurait pu travailler à reprendre forme humaine avant d’infiltrer les instances officielles par le biais de ses adeptes. Harry montre qu’il avait deviné cette deuxième phase avec ses répliques visionnaires : il harangue ses amis en leur prédisant que le retour de Voldemort entraînerait la fin de Poudlard, ou bien sa transformation en une école de magie noire.
_
_
En traversant les obstacles, Harry se doute qu’il va au devant de Voldemort (ou de son complice), tout comme Voldemort se doute que Harry viendra le trouver : il laisse l’équivalent d’une gorgée dans l’avant-dernière salle, afin qu’un autre sorcier puisse le rejoindre. La prophétie lui fait penser que Harry est l’un des sorciers les plus aptes à essayer de l’empêcher de commettre son méfait. De plus, Harry est exceptionnellement à proximité de lui (ce qui n’était pas le cas pendant de nombreuses années) et avec Ron, Harry a commis l’imprudence de discuter de la Pierre philosophale en plein cours de DCFM.
Enfin, sans que Voldemort le sache, Albus Dumbledore a discrètement fait en sorte que cette rencontre puisse avoir lieu.
_
_
Épreuves
_
Afin de protéger la Pierre philosophale, plusieurs professeurs ont apporté leurs protections. Dans l’ordre : Hagrid (Garde-chasse) a apporté le féroce Touffu, Chourave (Botanique) a apporté le filet du diable, Flitwick (Sortilèges) a ensorcelé les clés (même si Hagrid et le trio n’y pensent pas, Bibine a probablement choisi soigneusement les balais), McGonagall (Métamorphose) a créé le jeu d’échecs, Quirrell (DCFM) a apporté le troll, Rogue (Potions) a apporté l’épreuve de logique à base de fioles et Dumbledore (Directeur) a placé le Miroir du Risèd avec une amélioration (un sorcier ne peut pas prendre la Pierre s’il désire s’en servir, Tome I – chapitre 17).
_
_
Pour triompher de chaque épreuve, le sorcier qui désire s’y frotter doit apporter des qualités bien particulières : des connaissances en créatures et en botanique, être bon en vol et observateur, être stratégique, un peu brutal, logique et enfin, être droit.
Il est étonnant que les professeurs aient cru à la peur de Quirrell lorsqu’il s’est évanoui à la vue du troll introduit dans Poudlard lors d’Halloween, puisque ce 2ème troll est forcément sa protection. Nous pouvons imaginer que les protections ont été placées les unes après les autres « à reculons » : Dumbledore, puis Rogue, puis McGonagall… ainsi, chaque professeur ne sait pas ce qu’il y a dans les salles après la sienne, et ignore également les protections avant la leur, puisqu’elles n’étaient pas encore en place.
Quoi qu’il en soit, les professeurs ignorent a priori le mode de résolution des épreuves mises en place par leurs collègues. Ainsi, Dumbledore minimise les risques de traîtrise et donc de vol.
_
_
Beaucoup de sorciers pourront s’étonner que trois élèves débutants aient réussi à triompher des protections mises en place par les professeurs d’une prestigieuse école de sorcellerie. Il s’agit de la même erreur que Voldemort : pour réussir à passer les obstacles, ce n’est pas la puissance magique qui est primordiale. Lors du passage en barque dans la caverne renfermant l’horcruxe (Tome VI – chapitre 26), Voldemort n’autorisait qu’une seule puissance magique à traverser : Dumbledore a donc pu traverser avec Harry, car ce dernier ne « comptait pas », étant mineur et insignifiant par rapport à Dumbledore.
_
_
Ici, l’amitié de Ron et de Hermione a été déterminante dans la réussite de Harry : c’est l’union de leurs qualités (Quidditch, échecs, logique…) qui a leur a permis de venir à bout des épreuves. Pourtant, Harry rechignera souvent à accepter l’aide qui lui est proposée : il a parfaitement conscience des risques et ne souhaite pas être responsable des blessures ou de la mort d’un de ses camarades. L’importance de la véritable amitié (contrairement à Drago avec ses acolytes) est une notion souvent mise en avant par J.K.Rowling durant la saga (ainsi que dans le conte La Fontaine de Bonne Fortune, extrait des Contes de Beedle le Barde).
_
_
De nouveau, un troll pose un problème de taille, au sens propre. Dans le chapitre 10, le troll « avait des jambes courtes, épaisses comme des troncs d’arbre ». Or, le troll de ce chapitre est censé être « encore plus grand » ; il est donc difficile d’imaginer que des sorciers de 11 ans « enjambèrent avec précaution l’une de ses chevilles ». Encore une fois, il doit s’agir d’une exagération de ces enfants – qui sont impressionnables – ce qui est bien normal avec ce genre de créature. Quirrell a choisi d’assommer le troll, tout comme Ron quelques mois plus tôt, même si Ron l’avait fait sans avoir calculé son coup.
_
Ce troll et Touffu devaient bien se nourrir. Pour pallier à cela, nous pouvons imaginer (entre autres hypothèses) que les elfes de maison étaient chargés d’envoyer magiquement une certaine quantité de nourriture et de l’eau dans le couloir de Touffu et dans la pièce du troll, sans pour autant savoir ce qu’ils nourrissaient et abreuvaient.
Touffu évoque la mythologie grecque : Cerbère est un chien à trois têtes qui garde les enfers. La lyre que Quirrell a placée pour l’endormir rappelle Orphée, un héros de cette même mythologie qui jouait avec sa lyre afin de charmer les animaux sauvages.
Pour savoir que la musique endormait Touffu, Quirrell ne s’est peut-être pas contenté de saouler Hagrid : il a pu verser du Veritaserum dans son verre. Pour les autres obstacles, les forces combinées d’un professeur de DCFM et d’un expert en magie noire semblent suffisantes pour en venir à bout.
_
_
La salle des clés volantes contient trois balais. Plusieurs hypothèses peuvent l’expliquer : les balais se multiplient pour correspondre au nombre de personnes dans la pièce, un seul balai permet d’être assez rapide pour attraper la bonne clé (après les connaissances en créature et botanique, il faut aussi s’y connaître en balais), Dumbledore a demandé qu’il y ait trois car il prévoyait le coup d’éclat de Harry, Ron et Hermione…
_
Ron a cinq grands frères et ne semble pas avoir l’habitude de « se faire écouter », contrairement à Percy qui a la vocation d’être Préfet. De plus, Ron a souvent été frustré, ce qui lui donne peut-être un sentiment d’infériorité. C’est sans doute pour cela que, avant la partie d’échecs, il hésite à donner des directives à Harry et à Hermione, de peur de les vexer, comme lui-même l’a été lorsque Hermione le reprenait pendant le cours sur la lévitation.
_
Lorsque Harry dit à Hermione de voler rapidement (avec Ron) pour aller vers la sortie, afin que le chien ne les morde pas, Harry pense à sa propre façon de faire. Mais Hermione et Ron ne doivent pas savoir faire des manœuvres rapides et serrées : Hermione a dû préférer rejouer un morceau de musique d’une main pendant qu’elle dirigeait son balai de l’autre.
D’ailleurs, bien que brillante, Hermione n’a pas encore le réflexe de se faire aider par la magie en situation de stress : lorsque Harry lui demande d’allumer un feu, Hermione pense qu’elle a besoin de bois, probablement par réflexe suite à son scoutisme.
_
Après l’épisode de Norbert, Harry a peur de devoir faire face à un dragon adulte. Cela n’arrivera pas cette fois-ci, mais lors de sa 4ème année (1ère Tâche du Tournoi des Trois Sorciers) et lors de son cambriolage de Gringotts.
_
_
_
Divers
_
Pendant qu’il se délasse dans le parc, Harry voit passer un hibou qui est sûrement celui que Dumbledore envoie au Ministère avant de s’absenter.
Nous pouvons être étonné que Dumbledore ait cru à une simple lettre lui disant de se rendre à Londres, mais il faut garder à l’esprit que Tom Jedusor a toujours été un être terriblement doué, capable de convaincre aisément son entourage. De plus, il a pu créer un parchemin avec en-tête, ressemblant en tout point à un papier officiel ; il a également pu imiter le phrasé (et même d’éventuelles fautes d’orthographe récurrentes) de Cornélius Fudge. Enfin, Voldemort ne s’étant pas montré depuis de nombreuses années, Dumbledore ne pouvait pas soupçonner le véritable auteur de la missive.
_
_
Dumbledore s’est rendu au Ministère sans transplaner et sans l’aide du réseau de cheminées. Comme la Pierre philosophale ne semble pas plus en danger à ce moment qu’à un autre et que cela fait plusieurs mois que sa protection ne pose pas de problème, Dumbledore a peut-être privilégié le balai comme moyen de transport parce qu’il le préfère, bien que plus lent.
_
Harry a souvent de bonnes intuitions, comme ici, où il devine que les douleurs de sa cicatrice annoncent l’arrivée d’une menace. Au sujet de Rogue, même s’il est certain de sa culpabilité, il use de prudence face à McGonagall, puisqu’il se doute qu’elle le défendra : « je sais, que Ro… que quelqu’un va essayer de voler la Pierre. ».
_
_
Une fois la trappe passée, Hermione suggère qu’ils doivent se trouver à des kilomètres sous le château. Encore une fois il s’agit d’une exagération, puisqu’une chute depuis le deuxième étage du château jusqu’à des kilomètres en dessous les tuerait, même avec la présence d’une plante pour amortir le choc.
_
Rogue avait la charge de surveiller Quirrell (Tome VII – chapitre 33), pourtant, ce sont des enfants qui parviennent à contrer les projets de Voldemort. Cela peut s’expliquer par un fait très simple : Rogue n’a pas de raison de soupçonner un danger ce soir plutôt qu’un autre (à moins que Dumbledore l’ait averti de son départ, mais Albus n’a probablement prévenu que la directrice-adjointe), il est donc logique qu’il dorme.
_
_
Dans la version française, le nom et la localisation du pub où Hagrid a rencontré l’inconnu qui lui a payé des verres ne sont pas cités. Dans la version originale, il est précisé qu’il s’agit de la Tête de Sanglier située en bas du village : « yeh get a lot o’ funny folk in the Hog’s Head –that’s the pub down in the village. » (la vf ne donne que : « Il y a des tas de gens bizarres dans ce pub. »).
_
Après les examens, les élèves de première année doivent tout de même rester pendant une semaine à l’école, sans n’avoir rien à faire, ce qui est assez étonnant.
_
« Et le jour où Hagrid laissera tomber Dumbledore, Neville jouera au Quidditch dans l’équipe d’Angleterre », Ron a ainsi fait une blague qui ressemble à celle que Dumbledore fera, dans des circonstances dramatiques également : « (…) la mort vient à moi aussi sûrement que les Canons de Chudley arriveront derniers du championnat cette année. » (Tome VII – chapitre 33).
_
Une fois que le trio sait que le voleur a toutes les cartes en main pour voler la Pierre philosophale, ils passent d’une relative tranquillité à l’angoisse, ce qui est symboliquement décrit par : « Harry, Ron et Hermione ne s’arrêtèrent de courir que lorsqu’ils furent arrivés dans le hall d’entrée du château, qui paraissait sombre et glacé quand on venait du parc. ».
_
_
À la première lecture, lorsque Harry demande à voir le directeur de l’école pour quelque chose de « secret » et de « très important », la réponse de McGonagall est sensée : « Vous avez quelque chose de plus important à lui dire que le ministre de la Magie, Potter ? ». À présent, nous pouvons non seulement dire que cette information était plus importante (puisqu’en réalité, le ministre n’avait rien à dire à Dumbledore), mais également que de nombreuses déclarations de Harry surpasseront largement celles de Cornélius Fudge en importance, au vu des nombreuses gaffes du premier ministre.
_
En décidant d’aller chercher la Pierre lui-même, Harry a pris sa deuxième grande décision (la 1ère étant d’accepter sa condition de sorcier en intégrant Poudlard) : il décide sciemment de combattre Voldemort au péril de sa vie.
_
Hagrid possède des informations qui doivent rester secrètes, pourtant, il fourni clés en main la solution à Harry pour passer devant Touffu : non seulement Hagrid lui révèle qu’il faut jouer un morceau de musique, mais en plus, il lui donne une flûte en bois pour Noël.
_
Pour une fois, un acte courageux de Neville sera récompensé (Tome I – chapitre 17), même si Ron le regrettera sur le moment, puisque cet acte de bravoure découle des encouragements qu’il a prodigué à Neville afin que ce dernier se défende contre leurs ennemis communs : Drago et ses camarades.
_
_
_
Petits plus
_
–> Pendant leur examen, Rogue demande cyniquement de préparer une potion d’amnésie : cela peut être la source de jeux de mots afin de rabrouer les élèves sur leur oubli de la préparation de cette potion.
_
–> Durant son examen, Harry doit « répondre à des questions concernant de vieux sorciers un peu fous, inventeurs de chaudron dont le contenu tournait tout seul (…) » ; pour information, cette invention précise a été réalisée par Gaspard Shingleton, qui a une carte de Chocogrenouille à son nom grâce à cela.
_
–> Avant le début de la partie d’échecs, Ron donne ses directives : « Les pièces blanches avaient entendu car à cet instant, un cavalier, un fou et une tour quittèrent l’échiquier. ». Pourtant, le trio joue avec les noirs : il s’agit d’une erreur de traduction (chessmen a été mal interprété).

Portolien

Les personnages les plus inspirants de la saga « Harry Potter » (liste non exhaustive)

Nous avions parlé il y a quelques temps des personnages les plus drôles de la …