Accueil / Actualité / Harry Potter / Les livres / HP1 - L'École des Sorciers / Tome I – Chapitre 15 : La forêt interdite

Tome I – Chapitre 15 : La forêt interdite

Résumé
_
Hermione et Harry sont punis pour « s’être promenés » dans le château en pleine nuit, ainsi que Neville et Drago, le premier essayant de contrer l’action du second. La maison Serpentard perd ainsi 20 points en une nuit, tandis que les Gryffondor en perdent 150. L’opprobre est jeté sur Harry, Hermione et Neville, qui ont relégué leur propre maison à la dernière place du classement. Harry se promet de ne plus se mêler des affaires des autres, même lorsqu’il entend Quirrell se faire menacer.
_
Leur retenue se déroule avec Hagrid : ils doivent retrouver une licorne qui a été blessée par une créature inconnue. Harry trouve la licorne, morte, avec une personne qui suce son sang. La cicatrice de Harry lui fait affreusement mal lorsque l’inconnu se dirige vers lui. Heureusement, le centaure Firenze vient le secourir, avant de lui faire deviner l’identité de l’assassin : il s’agirait de Voldemort. Harry en déduit que Rogue essaye de voler la Pierre philosophale pour la remettre à Voldemort, afin que ce dernier revienne à la vie.
_
_
_
Analyse
_
_
Insécurité de la forêt
_
La retenue de ces quatre élèves a été édictée afin de les punir d’être hors de leur dortoir durant la nuit. Il est donc étonnant que la retenue ait lieu en pleine nuit, dans une forêt prohibée à tous les élèves. De plus, les punis seront fatigués pour leurs leçons du lendemain.
McGonagall a déjà montré qu’elle n’avait pas totalement confiance en Hagrid, qu’elle trouve « passablement négligent » (Tome I – chapitre 1), cependant, elle lui confie des élèves pour aller dans la Forêt Interdite, où rôde une créature dangereuse qui vient de frapper un animal très difficile à attraper. De plus, McGonagall dit qu’il est dangereux pour des élèves de se promener la nuit dans le château, « surtout en cette période », alors qu’elle les envoie dans un lieu encore moins bien protégé. D’une certaine manière, c’est elle qui envoie Harry face à Voldemort. Cette petite allusion à une « période spéciale » est une imprudence, car des élèves curieux peuvent avoir envie de fouiner.
_
Enfin, elle affirme que « Quatre élèves qui se promènent dans les couloirs la même nuit ! Je n’ai jamais vu une chose pareille. ». Il s’agit probablement d’une tournure de phrase afin de faire prendre conscience aux élèves de la gravité de leurs actes, puisqu’il serait étonnant qu’elle n’ait jamais vu cela depuis qu’elle enseigne, soit depuis 1956. De plus, les Maraudeurs ont fait bien pire, de même que les jumeaux Weasley, qui ont peut-être été assez rusés pour ne jamais se faire prendre.
_
« En ce temps-là, on vous suspendait au plafond par les poignets pendant quelques jours, j’ai toujours les chaines dans mon bureau », il est effectivement possible qu’au temps du directeur Phineas Nigellus (directeur malaimé, issu de Serpentard), ce traitement ait été utilisé. D’ailleurs, Rusard a failli les ressortir lors de la 5ème année de Harry, lorsque la directrice Ombrage avait l’intention de rédiger le décret d’éducation n°29 (Tome V – chapitre 28). D’un autre côté, si Rusard avait été un sorcier, il n’aurait pas été aigri et du même coup, il serait certainement beaucoup moins rustre avec les élèves.
_
_
A priori, Hagrid a une bonne idée lorsqu’il demande aux élèves d’envoyer des étincelles si nécessaire et de couleurs différentes selon le besoin. De plus, il leur fait tester avant, afin de s’assurer qu’ils savent le faire (même s’ils ne testent qu’une seule couleur). Cependant, lorsque les enfants ont repéré une menace (qui ne les avait pas encore repérés), envoyer des étincelles (ou crier comme Drago) était la dernière chose à faire afin de ne pas renseigner la menace sur leur présence et sur leur position.
Hagrid a tellement l’habitude des bêtes très dangereuses qu’il pense que les licornes sont sans défense, alors qu’elles courent très vite et qu’elles sont pourvues de sabots et d’une longue corne.
_
_
Drago Malefoy pense tout d’abord que la retenue consistera en la copie de lignes. Quelques années plus tard, Ombrage donnera effectivement des lignes à copier aux élèves punis, mais de façon bien plus cruelle que la méthode moldue : les écrits se gravent dans la peau (Tome V – chapitre 13).
Lorsque Drago parle de la créature en la désignant par « je-ne-sais-quoi », cela fait écho fort justement au « Vous-savez-qui », qui désigne Voldemort. Une fois dans la forêt, Drago montre toute l’étendue de ses défauts : trouillard et roublard, il utilise la ruse afin que l’accent soit mis sur la peur de Neville plutôt que sur la sienne. Lorsque Voldemort – encore anonyme – apparaît, Drago s’enfuira en criant (ce qui alerte la menace), sans projeter d’étincelles rouges pour appeler Hagrid à l’aide et en laissant Harry seul face à son sort. Pourtant, six ans plus tard, Harry secourra Drago en danger dans la Salle sur Demande ravagée par le Feudeymon, lancé par l’acolyte de Drago. Cependant, Drago a le bon réflexe de s’enfuir devant le danger tandis que Harry reste dangereusement pétrifié.
_
_
Il est très probable que James Potter, sous sa forme humaine, aut déjà rencontré les centaures puisque Firenze reconnaît Harry en le nommant « le fils Potter ». De plus, Hagrid a pu confier à Firenze que Harry a une cicatrice, qu’il ressemble beaucoup à son père et qu’il venait effectuer une retenue ce soir.
Les centaures disent qu’ils voient bien Mars. Or, Mars est le dieu de la guerre dans la mythologie romaine. Comme les centaures ne s’expriment pas clairement, il est difficile de savoir s’ils considèrent que la guerre commence ce soir (puisque Harry sera mis face à son destin), ou s’ils pensent que la guerre se rapproche et semble inéluctable. De toute manière, Firenze sait que Harry est en danger et décide de l’aider, contre l’avis du reste du troupeau. J.K.Rowling montre encore une fois combien le libre-arbitre est important : Harry a ainsi été sauvé d’une mort presque certaine. Harry lui-même fera des choix qui changeront le cours des choses, notamment lorsqu’il décide de revenir des limbes pour combattre Voldemort : ce chapitre n°35 des Reliques de la Mort se nomme « Retour dans la forêt », peut-être pour faire écho à ce 15ème chapitre du premier tome.
_
_
Horcruxe
_
Harry se sent observé. Il est plus probable qu’il ressente cela à cause de la forêt dangereuse et oppressante, qu’à cause du morceau d’âme de Voldemort qu’il a en lui. En effet, Harry ressent la présence ou les émotions de Voldemort différemment qu’en se sentant observer. Il existe tellement de créatures magiques dans la forêt qu’il est presque certain que certaines d’entre elles observaient effectivement Harry.
_
_
Harry ressent de grandes douleurs au niveau de sa cicatrice, qui reviendront le hanter sporadiquement durant 6 ans. Encore une fois, Harry ne subit pas un véritable face à face. La première fois, Voldemort l’a attaqué alors qu’il n’était qu’un bambin. Ensuite, Voldemort ne s’est pas dévoilé lors du match de Quidditch où il a tenté de le faire tomber de son balai. Enfin dans la forêt, Voldemort et Quirrell restent plongés dans l’obscurité et Harry ne voit que leur cape.
_
Grâce à ses horcruxes, Voldemort n’est pas mort mais vit avec une âme morcelée, dont la vie misérable ne devient plus qu’une demi-vie à cause du sang de licorne. Même si ce sang lui a redonné des forces, il ne lui reste donc plus beaucoup d’humanité avec son âme mutilée et sa vie maudite.
_
_
Triple punition
_
Harry, Hermione et Neville ont reçu une triple punition à la suite de leur escapade : leur maison perd de nombreux points, ils ont une retenue et ils subissent l’opprobre de leurs camarades. Plus souvent que les autres, Harry subit les méchancetés parce qu’il est célèbre, de par son nom et de par ses exploits au Quidditch. Hermione est sans aucun doute touchée plus profondément, à cause de la déception que McGonagall a à son égard, pour la deuxième fois en un an (la 1ère fois étant l’attaque du troll, où elle a menti en affirmant avoir essayé de « s’en occuper » toute seule, Tome I – chapitre 10). Quant à Neville, il est plus impressionnable et doit encore plus douter de soi.
_
_
Malheureusement pour Harry, cette mise à l’index n’est que la première d’une longue série : il sera accusé d’être l’héritier de Serpentard et d’avoir ouvert la Chambre des Secrets (Tome II), d’avoir tenté de participer à un Tournoi pourtant interdit aux mineurs (Tome IV) et de mentir sur le retour de Lord Voldemort (Tome V). Harry est presque banni puisque son nom devient tabou : les joueurs ne lui parlent pas directement et le désignent en parlant de « l’attrapeur ». Ce n’est pas la première fois qu’il subit cela : lorsque les Dursley surent que Harry allait rejoindre Poudlard en septembre (puisqu’il avait enfin pris connaissance de sa lettre d’admission), ils s’étaient mis à l’ignorer, ce que Harry trouvait un peu déprimant (Tome I – chapitre 6).
_
_
Même si la triple punition a tempéré les ardeurs de Harry (qui pondère les envies de Ron) et de Hermione (qui est convaincue qu’il ne faut plus rien entreprendre), cette sentence ne marchera pas puisque ces quatre élèves récidiveront maintes fois. Le seul côté positif réside dans le fait que Harry se plonge dans ses révisions d’examen avec une intensité accrue.
Harry décide de ne rien dire au corps professoral, convaincue que leur histoire ne serait pas crue. Ils auraient pu opter pour une révélation partielle : révéler que Quirrell subissait un chantage. Cependant, Dumbledore avait déjà pris ses dispositions par rapport à ce professeur (Rogue est chargé de la surveiller, Tome VII – chapitre 33).
_
_
Divers
_
L’inconsistance de Hagrid est la première responsable de la punition des élèves. Si leur retenue se passe avec Hagrid, c’est peut-être parce que celui-ci se sentait coupable et a intercédé auprès de McGonagall pour effectuer la retenue lui-même. D’un accord tacite, les élèves n’ont pas évoqué la responsabilité de Hagrid, qui lui-même ne s’est pas dénoncé.
McGonagall, qui est habituellement si avisée, semble faire fausse route en disant que Harry et Hermione ont joué un mauvais tour à leurs camarades. Il est possible qu’elle connaissait la vérité et qu’elle ait affirmé devant eux – avec force – une nouvelle version de l’histoire, sous-entendant ainsi que c’est cette version qui devenait officielle. Ainsi, Harry, Hermione et Hagrid évitent la dénonciation aux autorités (être en possession d’un dragon est interdit) et son corollaire : l’éventuel renvoi de Poudlard, ce qui serait catastrophique puisque Harry représente l’espoir, qu’Hermione est brillante et que Hagrid a des compétences rares.
_
Neville montre des signes de courage qui, malheureusement, ne se soldent pas positivement. La première fois, il se fait assommer (Tome I – chapitre 13). Ici, après avoir bravé sa peur de marcher le soir dans les couloirs du château, il pense à tord avoir été floué par Harry, avant de faire perdre des points à sa maison et de subir des méchancetés de la part des autres élèves, dépités par cette perte brutale. Enfin, il doit s’aventurer dans l’effrayante Forêt Interdite, avec Drago qui s’amuse à le terroriser.
_
_
Harry ne dévoile à pas (sauf à Hermione et à Ron) sa rencontre avec Voldemort ; Dumbledore ne partage pas non plus ses soupçons envers Quirrell (excepté en disant à Rogue de le surveiller) : il n’est pas encore temps de prévenir la communauté magique, puisque Voldemort est dans le même état qu’il y a 10 ans, c’est-à-dire mort-vivant, sans risque immédiat pour une communauté qui n’y croirait pas.
_
_
_
Petits plus
_
–> J.K.Rowling nous sort une phrase incongrue par l’intermédiaire de Rusard : « Il fallait penser aux loups-garous avant de faire des bêtises ! ». Le trio a pu penser qu’avec Touffu et Norbert, il pensait déjà à beaucoup d’autres créatures dangereuses.
_
–> Elle a aussi fait perdre 12 Pierres philosophales à Harry, juste après qu’il eut entendu Quirrell se faire menacer : « (…) il était prêt à parier une douzaine de Pierres philosophales que c’était Rogue qui était parti par là. ».
_
–> Après son aventure dans la forêt, Harry est tellement concentré sur son raisonnement qu’il oublie de dire « Tu-sais-qui » comme il en avait pris l’habitude, et qu’il n’entend pas les suppliques de Ron lorsqu’il prononce Voldemort à cinq reprises.

Portolien

Les personnages les plus inspirants de la saga « Harry Potter » (liste non exhaustive)

Nous avions parlé il y a quelques temps des personnages les plus drôles de la …