[Open Book Tour] New York

Tout de suite après que les premières questions aient été formulées durant la séance de questions/réponses à laquelle a participé J.K. Rowling au Carnegie Hall au terme de son “Open Book Tour”, elle a commencé à répéter cette phrase encore et encore, faisant ainsi rire de bon cœur les 1600 élèves présents dans l’assistance. Les étudiants se sont avérés être totalement incollables sur l’œuvre de J.K. Rowling, bien au-delà de ce qu’elle aurait pu imaginer, et elle les a complimentés pour lui donner des difficultés pour leur répondre, étant donné qu’à au moins un moment elle s’est trompée dans la chronologie de son propre livre.

Ah ! Elle ne connaît même pas ses propres livres !”, a-t-elle dit en se moquant d’elle-même.

Quelques-unes des questions ont pu sembler frivoles, mais Rowling a passé un bon moment en compagnie de chacun des élèves présents. Quand un étudiant de 18 ans en terminale au lycée lui a demandé, “Quel personnage de la saga épouseriez-vous ?”, Rowling a ri.

La vérité c’est que, dans mes jeunes années, je suis sortie avec Ron plus d’une fois”, a-t-elle admit, expliquant ainsi pourquoi Hermione (le personnage qui ressemble le plus à Rowling quand elle était jeune) soit attirée par le meilleur ami de Harry. “Il est amusant d’écrire à son propos, mais sortir avec lui n’est pas une partie de plaisir.” Et après avoir retenu la leçon, Rowling a dit, Je me suis mariée avec Harry Potter, faisant référence à son deuxième époux, Neil Murray. “Il est dans les coulisses. Je viens juste de l’humilier”, a-t-elle plaisanté. “Mais il ressemble à ce à quoi Harry ressemblerait à un certain âge. J’ai épousé quelqu’un d’exceptionnel et de courageux. Et c’est ce qu’est Harry.

Les fans pourraient penser que cela fait encore plus de raisons pour lesquelles Hermione devrait se retrouver avec Harry – mais Rowling a expliqué qu’elle avait toujours su que Ron et Hermione devaient finir ensemble, tout comme elle pensait que Harry et Ginny étaient faits l’un pour l’autre. “J’ai pensé que cela était évident, mais apparemment il y a de vrais débats sur internet à ce sujet”, a-t-elle dit. “Et ils sont parfois très brutaux.” Rowling a rapporté qu’elle n’avait pas été au courant de ces conflits pendant des années, jusqu’à ce que quelqu’un lui ait suggéré de jeter un œil aux sites de fans. “C’était effrayant ! Tellement de lecteurs voulaient voir Hermione et Harry former un couple”, a-t-elle expliqué, que j’ai reçu des lettres pleines haine … de la part d’adultes ! Non pas des personnes de votre âge. Au moins, vous, vous avec compris.

Et pour ceux qui n’avaient pas compris, elle s’est expliquée. Harry et Ginny sont de véritables âmes sœurs, a-t-elle dit. “Ils sont tous les deux très forts et très passionnés. C’est ce qui les connecte, et ils sont extraordinaires ensemble. Ron et Hermione, cependant, sont attirés l’un par l’autre parce qu’ils se complètent. Hermione a cette sensibilité et cette maturité qu’il manque à Ron, et Ron est là pour dévergonder un peu Hermione, lui donner du bon temps. Ils s’aiment l’un l’autre et ils se chamaillent de temps en temps, mais ils aiment ça, donc nous n’avons pas de souci à nous faire à ce propos.

Rowling a également été surprise par le nombre de fans ayant exprimé le désir que l’ennemi de Harry, Drago Malefoy, ait une histoire d’amour. “Non, pitié !” a-t-elle dit en riant. “N’ayez pas autant de considération pour Drago !” Lorsqu’un élève de 13 ans scolarisé en quatrième a demandé si Drago était réellement mauvais, ou s’il agissait uniquement de cette manière parce qu’il avait peur, Rowling a clarifié ses idées à ce sujet expliquant qu’elle pensait qu’il ressemblait beaucoup à Dudley, le cousin de Harry – élevé comme un fils unique bichonné, endoctriné par les croyances de ses parents.” Au moment où Drago obtient ce qu’il pensait vouloir, devenir un Mangemort, la mission que lui a donnée Lord Voldemort, et qu’il accomplit dans Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé, vient finalement à bout de lui, a expliqué Rowling, parce que son rêve était “tellement différent”.

Si vous me demandez si Drago aurait ou non commis le meurtre, ma réponse est non”, a dit Rowling. “Je ne pense qu’il l’aurait fait. Il avait baissé sa baguette. Il était prêt à rejoindre le côté de Dumbledore. J’espère que vous remarquez que ce même sentiment refait surface dans le septième tome, quand il essaye de protéger Harry. Mais il est enraciné trop profondément du côté du mal. Comme beaucoup de personnages, il n’est pas un héros. Drago constitue une réelle leçon en ce qui concerne la couardise. Mais est-il totalement mauvais ? Absolument pas.

C’est la même chose avec Dudley, dont Rowling a imaginé qu’il aurait d’étranges réunions avec Harry au cours des années. “On ne m’a jamais posée cette question non plus !” a signalé Rowling quand un élève de 16 ans en terminale lui a demandé si les deux personnages ne se reverraient jamais. “Harry et Dudley continueront de se fréquenter assez pour s’envoyer des cartes de Noël, mais ils se visiteraient plus par devoir qu’autre chose et s’assiéraient en silence pour que leurs enfants puissent voir leurs cousins.” Ce qui signifie donc que Dudley en vient à changer au point que quelqu’un d’autre que ses parents le trouve adorable ? “Les gens me demandent habituellement ce que Dudley avait vu durant l’attaque de Détraqueurs”, explique Rowling. Je pense qu’il s’est vu lui-même, exactement comme il était, et pour un enfant gâté, cela devrait être terrifiant. Donc cela l’a choqué. Les attaques de Détraqueurs ne sont généralement pas bénéfiques pour les gens, mais celle-ci l’a été.

Pareillement, il est parfois préférable de ne pas connaître l’histoire dans son entier. Tout comme Rowling avant que les Reliques de la Mort ne soient publiées, Dumbledore a caché des informations-clé à Harry pour ne pas gâcher son parcours, fait qui a ainsi incité un jeune élève de CM1 âgé de 9 ans à demander si Dumbledore n’avait jamais aimé Harry, ou s’il le manipulait simplement pour qu’il se sacrifie de par lui-même à la fin.

C’est une question profonde, merci de l’avoir posée”, a répondu Rowling. “Dumbledore a aimé Harry, et au fur et à mesure qu’il a appris à le connaître, Harry est devenu comme un fils pour lui. Mais je voulais que vous questionniez Dumbledore. Il est juste d’avoir des questions à lui poser, parce qu’il a traité les gens comme des marionnettes, et il a demandé à Harry d’accomplir un travail que la plupart des hommes ayant deux fois son âge n’auraient pas été capables d’accomplir. Mais si Harry avaient eu toutes les informations dès le début, il aurait probablement tenté de faire quelque chose de différent, donc il devait faire confiance à Dumbledore, qui l’a finalement amené à faire ce qu’il fallait”, a expliqué Rowling.

Connaître la magie ne rend pas les choses plus simples”, a rapporté Rowling. “Si on donnait une baguette magique à tout le monde …”, a-t-elle commencé, (repérant ensuite un fan qui possédait une baguette, et ajoutant en aparté en le désignant, “Tu en as déjà une ! J’espère qu’elle n’est pas dressée contre moi !”), “… le monde serait étrangement similaire”, a-t-elle continué. “Parce que pratiquement tout le monde, et pas seulement parce que vous êtes des fans de ‘Harry Potter’, voudrait l’utiliser pour faire le bien, pour s’amuser, pour le bien de ses amis et de sa famille. Mais un petit nombre penserait, ‘Qu’est-ce qu’elle va m’apporter ?’. Et c’est le côté sombre de la nature humaine qui ne change pas, que vous ayez une baguette magique ou non. Nous aurions exactement les mêmes problèmes. Cruauté. Bigoterie. Oppression. C’est ce contre quoi Harry se bat. Pas la magie.

Portolien

Pottermore laisse place à Wizarding World

Depuis huit ans, nous connaissons le site Pottermore, rédigé par J.K. Rowling elle-même. Le site …