Accueil / Actualité / J.K. Rowling / Un site pour Robert Galbraith alias J.K. Rowling et son nouveau roman !

Un site pour Robert Galbraith alias J.K. Rowling et son nouveau roman !

Après la révélation de l’identité de Robert Galbraith, un site sur l’auteur et son livre a été mis en ligne. Un compte Twitter a également été mis en place.

Sur le site, les questions fréquentes posées à J.K. Rowling ont été postées :
Pourquoi avoir choisi d’écrire un roman policier et pourquoi l’avoir fait sous un pseudonyme ? L’auteur explique avoir toujours adoré lire des romans policiers, selon elle la plupart des aventures de Harry Potter sont, au fond, des polars, mais cette fois, elle a vraiment voulu s’essayer au genre policier.

En ce qui concerne le pseudonyme qu’elle a choisi, elle mourrait d’envie de revenir au début d’une carrière d’écrivain, de travailler sans médiatisation et de recevoir des critiques impartiales. C’était pour elle une expérience fantastique et elle aurait aimé qu’elle dure un peu plus longtemps.

Elle a choisi un pseudonyme masculin pour s’éloigner autant que possible de ce qu’elle est. De plus, son éditeur, David Shelley, a lu le livre avant d’en connaître le véritable auteur et l’a adoré. Il a déclaré « Je n’aurais jamais pensé qu’une femme écrirait ça ».

Pour le choix du nom, elle espère que tous les Robert Galbraith qui existent la pardonneront comme l’ont fait les vrais Harry Potter.

Elle a choisi Robert parce que ce prénom est l’un de ses préférés, Robert F. Kennedy étant son héros. De plus, elle n’avait jamais utilisé ce nom pour ses personnages de Harry Potter ou Une Place à Prendre.
_
Le nom Galbraith vient de son enfance, elle souhaitait être appelée Ella Galbraith quand elle était petite et ne sait absolument pas pourquoi mais elle était fascinée par ce nom.
Elle s’est rappelée, trop tard, qu’un économiste célèbre se nommait J K Galbraith et a eu peur que des gens prennent cela comme un indice et trouvent sa vraie identité.

Pour écrire ce livre, J.K. Rowling a fait des recherches et interviewé des militaires. Proche de plusieurs soldats, elle leur a demandé des informations lui permettant de construire l’histoire de son personnage et son « CV ».

Le titre The Cuckoo’s Calling, l’Appel du Coucou, vient d’un poème écrit par Christina Rossetti, qui parle de ceux qui sont morts trop tôt. Le titre contient une référence subtile à un autre aspect de l’intrigue mais l’auteur ne peut pas en dire plus sans en révéler trop sur l’histoire.

Puis, une question aborde un sujet que tous les fans ont sans doute en tête. La révélation de l’identité de Robert Galbraith n’était-elle pas qu’une campagne marketing permettant de booster les ventes ?

L’auteur répond que si les lecteurs avaient vu les plans qu’elle a mis en place afin de ne pas révéler son identité, ils réaliseraient alors à quel point elle n’avait pas envie d’être démasquée. Elle voulait garder le secret le plus longtemps possible et est reconnaissante pour toutes les critiques venant des éditeurs et des lecteurs et pour les très bonnes critiques qu’elle a reçues.

Cette fuite ne viendrait pas d’elle, ni de son éditeur, ni de son agent, tous l’ont supportée dans son désir de ne pas attirer l’attention.
Si les ventes avaient été ce qui l’intéressait le plus, elle affirme qu’elle aurait écrit ce livre en son nom depuis le début et aurait fait du bruit à propos de sa sortie.

Quand le livre s’est vendu à 8500 exemplaires et qu’elle a reçu deux offres venant de la télévision, la situation a commencé à être compliquée parce que Robert avait plus de succès que prévu. Elle précise que le succès de Robert Galbraith pendant les trois premiers mois de sa carrière est comparable au succès de J.K. Rowling au début de sa carrière.

Si vous avez lu et aimé The Cuckoo’s Calling, rassurez-vous, Joanne vient de finir d’écrire le deuxième tome qui sera publié l’an prochain !

Portolien

J.K. Rowling fait deviner le titre du prochain Cormoran Strike avec des énigmes sur Twitter

Pour les fans des aventures du détective Cormoran Strike, dont l’auteur Robert Galbraith n’est autre …