Accueil / Actualité / Les animaux fantastiques / Nouvelle version des Animaux Fantastiques de Newt Scamander

Nouvelle version des Animaux Fantastiques de Newt Scamander

Une nouvelle version des Animaux Fantastiques de Newt Scamander annotée par Dumbledore sort le 14 mars prochain (pré-commande possible sur Amazon). À cette occasion, Amazon s’est un peu avancé en proposant de feuilleter en ligne les premières lignes du texte en allemand : ces pages ont rapidement été retirées… mais un fan avisé en a profité pour récupérer le texte et le traduire en anglais.

Voici ce que vous pourrez y lire :

Note manuscrite : À ne faire apparaître que dans les versions pour sorciers.

En 2001, les lecteurs moldus ont pu profiter d’une réédition de la toute première version de mon livre Les Animaux fantastiques. Le Ministère de la Magie a autorisé cette publication sans précédent pour permettre de récolter des fonds pour Comic relief, une association caritative hautement respectée dans le monde des Moldus. Cette autorisation de republier ce livre a été possible en s’assurant que les Moldus verraient là un travail fictionnel. Le professeur Albus Dumbledore a donné son accord pour essayer de rédiger un avant-propos qui argumenterait en ce sens, et nous fûmes, tous deux, honorés de voir que ce livre avait permis de récolter autant d’argent pour les personnes qui en avaient le plus besoin dans le monde.

Après que sont sortis un certain nombre de documents classés secrets dans la haute sphère de la communauté sorcière, le monde magique en a appris quant à lui un peu plus quant à l’origine du livre Les Animaux Fantastiques. Je ne suis point encore en droit de décrire l’histoire entière de mes projets durant les deux décennies qui ont vu Gellert Grindelwald terroriser le monde sorcier. Dans la mesure où d’autres documents seront déclassifiés à leur tour dans les prochaines années, je pourrai alors parler sereinement du rôle qui a été le mien durant cette période si sombre de notre histoire. Mais pour l’heure, je voudrais rétablir la vérité sur des faits rapportés de façon erronée par la presse dans de récents articles.

Dans sa récente biographie : Homme ou Monstre ? La VÉRITÉ sur Norbert Dragonneau, Rita Skeeter argue que je n’ai jamais été un vrai magico-zoologue, mais un espion de Dumbledore, qui utilisait la magicozoologie comme couverture pour infiltrer le Congrès Magique des États-Unis d‘Amérique (MACUSA) en 1926. Voilà ce que quiconque ayant vécu durant les années 20 reconnaitra comme une déclaration absurde. Aucun sorcier sous couverture aurait passé son temps à jouer à un tel zoo-magicien. Un quelconque intérêt envers les créatures fantastiques à cette époque était considéré comme dangereux voire suspect, et emporter partout avec soi une malle pleine de tels animaux dans un ghetto était une sérieuse erreur.

Je me suis rendu en Amérique pour relâcher un Oiseau-Tonnerre noir et blanc, ce qui était déjà risqué en soi, si l’on considère que le MACUSA à cette époque avait interdit l’abattage de toute créature magique d’attaque. Je peux dire avec fierté, qu’un an après ma visite, la Présidente Seraphina Picquery protégea les Oiseaux-Tonnerres avant que d’étendre cela à toutes les créatures magiques. (À la demande de la Présidente Picquery, j’ai supprimé de la toute première édition des Animaux Fantastiques les plus importantes des créatures magiques américaines car il s’agissait d’un souhait de sa part de ne pas encourager le tourisme magique zoologique. Puisque la communauté magique américaine, à cette époque, était plus sévèrement persécutée que les sorciers d’Europe, et puisque j’avais commis de nombreuses infractions au Code du Secret magique international à New-York, j’ai accepté. Dans cette nouvelle édition, je leur ai rendu leur place légitime.

Cela prendrait des mois de contre-argumenter chacune des déclarations hérissantes que Mademoiselle Skeeter a pu faire dans son livre. Je voudrais simplement dire que je n’ai jamais été, d’une quelconque façon que ce soit, ce « traitre de compagnon » qui a laissé Seraphina Picquery le cœur brisé : la Présidente avait était très claire à l’époque que si je ne quittais pas New-York de mon propre chef et sans délai, elle aurait pris toutes les mesures nécessaires pour m’en expulser.

Il est vrai que j’ai été la première personne à capturer Gellert Grindelwald, et il est aussi vrai qu’Albus Dumbledore a été pour moi plus qu’un simple professeur. Je ne peux en dire plus sans craindre de violer les Services Secrets Officiels Magiques, et plus important encore, de violer les secrets que Dumbledore a eu la confiance de partager avec moi.

Le livre Les Animaux Fantastiques est un projet qui me tient à cœur, et cela non à un seul et unique égard. Lorsque je me replonge dans les premières esquisses de ce livre, les souvenirs resurgissent, comme vivants, et, si cela demeure invisible pour les lecteurs, ils n’en restent pas moins gravés dans chacune des pages. J’espère sincèrement qu’une nouvelle génération de sorcières et sorciers partout dans le monde trouvera de nouvelles raisons d’aimer et de protéger ces superbes créatures qui partagent leur magie avec nous.

Note manuscrite : Note aux lecteurs : pour les lecteurs moldus en général, ce livre est bien évidemment fictionnel — une immense blague — il ne s’agit pas de quelque chose dont vous devriez vous inquiéter – je vous souhaite beaucoup de plaisir dans sa lecture.

Décidément… quelle était la relation qu’entretenait Norbert Dragonneau et Albus Dumbledore (voir nos articles sur le sujet : Dumbledore est homosexuel et Dumbledore ouvertement gay dans les Animaux Fantastiques) ? Il faudra maintenant attendre novembre 2018 pour le savoir apparemment !

Source : SnitchSeeker.com

Portolien

Soutenez LUMOS et tentez de rencontrer les acteurs des Animaux Fantastiques

Annoncée en fanfare sur Pottermore, après un gros teasing sur les réseaux sociaux, une levée …

3 commentaires

  1. J’aime bien la façon dont est justifié l’ajout des créatures manquantes de la précédente édition.
    Il reste quand même une erreur : la version diffusée aux Moldus est parue en 2001, alors que Dumbledore était déjà mort. Il n’aurait pas pu écrire sa préface à cette date. Ou alors il faut imaginer que le travail sur cette édition ait commencée plusieurs années avant sa publication. 🙂